La self-défense est la charpente de cette discipline. Elle renferme des techniques variées visant à permettre à ceux qui s’y sont initiés de se défendre contre une attaque, d’éviter les blessures et de venir à bout d’un assaillant. Cette partie contient des parades contre une grande variété d’attaques, telles que les coups de poing, de pieds, les étranglements, et les saisies aussi bien que contre des attaques armées (avec un bâton, un couteau, et des menaces contre un revolver, un pistolet ou autres).

Le combat au corps à corps constitue une phase plus avancée du Krav-Maga qui enseigne la façon de neutraliser rapidement et efficacement un adversaire.

LE KRAV-MAGA inclus des exercices physiques, mais aussi inculque à ses pratiquants une discipline mentale spéciale se proposant de renforcer son esprit et de développer une capacité à gérer des confrontations violentes dans un état de stress. On s’efforcera dans un premier temps de rester en vie et, s’il le faut, on tuera pour ne pas être tué. Dans un deuxième temps, on essaiera d’être suffisamment maître de soi pour ne pas avoir à tuer ou causer de dommages irrémédiables. A partir de là, on entre dans le domaine de l’Art. Ces méthodes d’entraînement ont été utilisées dans la plupart des unités d’élites Israéliennes et ont fait leurs preuves en situation réelle.

Le Krav-Maga est né en Israël dans des circonstances qui
exigeaient que l’on reste en vie.

 

(Extrait du livre de Richard Douieb « KRAV-MAGA, Self-Défense »)